Accueil > Les domaines > Domaine Chantal Lescure

nom du domaine

La presse en parle

Le domaine

Suite au décès de  Chantal Lescure en 1996, la propriété fût reprise par ses enfants qui m’ont confié la responsabilité des vins issus des 18 hectares de vigne. Mes conditions, à cette époque, étaient de prendre le train en marche du renouveau bourguignon, de ce que certains journalistes appellent l’école Henri Jayer.
Dés l’année suivante nous avons cultivé les vignes, redonné vie au vignoble en adaptant nos travaux viticoles pour que les plants de vigne retrouvent progressivement leur symbiose entre sol et microclimat, les fondements de nos terroirs. A partir de 2000, nous n’utilisions pratiquement plus que le soufre et le cuivre comme matière active dans nos traitements. Pas de vendange en vert pour que le pied de vigne trouve son équilibre dés la taille, nous visons 35 hl/hectare, puis nous renforçons l’équipe aux vignes pour ébourgeonner et effeuiller après floraison afin d’obtenir des peaux plus épaisses. Nous compensons par une hauteur de feuillage à 1,30 m pour que les 6 à 8 grappes de chaque cep puissent arriver à maturité. Nous avons la chance d’avoir des plants qui produisent de petits pinots, 100/120 grammes par grappe en moyenne et nous comptons 150 kg de vendange pour extraire un hectolitre de moût alors que la moyenne est plus proche des 130 kg. Nous recherchons une maturité que je qualifie de « racinaire », celle qui permet au terroir de prendre le pas sur le millésime. Certes nous sommes dépendants de notre climat septentrional avec un effet millésime, mais en vieillissant nos vins gomment cet effet pour permettre au pinot d'exprimer chacune de nos parcelles. Nous avons demandé la certification bio qui apparaît sur nos étiquettes depuis le millésime 2011.
Le prolongement logique de cette démarche est la vendange manuelle, le tri des raisins sur une table puis une vinification la moins interventionniste, mais loin d’être empirique. Les raisins sont égrappés mais non foulés, toutes les opérations de cave se font par gravité. La fermentation malolactique se déclenche naturellement l’été suivant ce qui ne nous posent pas de problème puisque nos vins sont élevés 18 mois en pièces. Nos réalisons nos mises en bouteilles en ajustant le soufre afin que vous puissiez conserver nos vins des années sans vous en soucier.

François Chaveriat